Mes quatre conseils pour développer une communication assertive et augmenter vos chances de vous affirmer.
7 avril 2020

Première étape pour développer une communication assertive et s’affirmer : Passer de nos jugements, interprétations et évaluations à des faits observables.

Observer pour s'affirmer
Nous n’avons pas tous le même ressenti par rapport à la température extérieure. Certains vont trouver qu’à 25°C il fait déjà trop chaud alors que d’autres estimeront qu’il fait à peine tiède. Dire il fait chaud est donc très subjectif (cela dépend du sujet qui affirme cela). Pensez donc alors à ce que chacun accorde comme signification à des concepts tels que la politesse, la justice ou la performance, et au risque d’incompréhensions que cela peut engendrer.

Si vous voulez vous affirmez dans la communication, la première étape du processus que j’ai décrit par ailleurs est donc d’être factuel (Mes quatre conseils pour développer une communication assertive et augmenter vos chances de vous affirmer).

Pourquoi est-il important de revenir à une description factuelle des situations pour s’affirmer ?

L’exemple ci-dessus illustre l’importance de s’exprimer factuellement : sortir de l’interprétation, de l’évaluation personnelle (il fait chaud) et revenir au fait observable (il fait 25°C) permet effectivement d’éviter bien des discussions, des désaccords et autre contresens. C’est ainsi la première étape vers une communication plus harmonieuse car débarrassée de nos interprétations et jugements.

Éviter les malentendus et réduire les conflits

Au-delà d’éviter les malentendus, revenir aux faits observables permet aussi à notre interlocuteur de ne pas se sentir coupable ou infantilisé et il restera plus ouvert au dialogue que s’il se sent jugé. Dire à quelqu’un : « il est 10H30 et nous avions rendez-vous à 10H » ne produira pas le même effet que « tu as vu l’heure ! » ou pire « c’est toujours la même chose, on ne pas peut compter sur toi ». Dans le second cas, il est fort à parier que notre interlocuteur va commencer à se justifier ou répondre sur le même registre : adieu le dialogue constructif et la possibilité de faire entendre son point de vue !

A cet égard, il est intéressant de s’attarder quelques instants sur la façon dont nos croyances influencent nos comportements/actions et nos pensées.

Se libérer de nos croyances

En effet, nos croyances et nos valeurs ont un impact fort sur notre façon d’interpréter les faits. Si - dans notre système de valeur - la ponctualité est importante, nous pouvons faire l’amalgame entre être en retard et manque de respect. Ainsi, en reprenant l’exemple du retard, je pourrais dire à une personne qui n’arrive pas à l’heure prévue « tu me manques de respect », voire pire, « tu ne respectes personne ». Et dans mon expérience, entendre ce genre de jugements n’est ni agréable ni constructif.
Les expériences menées dans les années soixante-dix par Robert Rosenthal (1) montrent qu’un un apriori négatif (ou positif) sur une situation entraîne des résultats négatifs (ou positifs) : c’est le principe de la prophétie autoréalisatrice ou effet pygmalion (quand l’apriori est positif). Ainsi, en émettant un jugement négatif sur notre interlocuteur, nous avons toutes les chances de renforcer le comportement qui nous agace et de rentrer dans un cercle vicieux.
En revenant aux faits, nous évitons donc d’entretenir ces boucles qui ne nous permettent pas d’aboutir à une conversation constructive et sont donc dysfonctionnelles.
Je n’ai jamais vu d’homme paresseux ;
J’ai connu quelqu’un que je n’ai jamais vu courir,
Quelqu’un qui dormait parfois l’après-midi
Et préférait rester chez lui lorsqu’il pleuvait.
Mais ce n’était pas un paresseux.
Avant de me traiter d’originale, réfléchis :
Était-il paresseux
Ou faisait-il des choses
Que nous associons à la paresse ?

Je n’ai jamais vu d’enfant stupide ;
J’ai vu parfois un enfant faire
Des choses que je ne comprenais pas
Ou que je n’avais pas prévues.
J’ai vu parfois un enfant qui n’avait pas vu
Les lieux que j’avais visités,
Mais ce n’était pas un enfant stupide.
Avant de le dire stupide, réfléchis :
Était-il stupide
Ou savait-il simplement d’autres choses que toi ?

Ruth Bebermeyer

Une précision : mon propos n’est pas de dire que nous devons renier nos valeurs et nos croyances mais d’avoir conscience que si nous basons notre compréhension d’une situation donnée uniquement à l’aune de celles-ci, nous risquons d’avoir une analyse faussée. Décrire les faits de façon objective permet donc de laisser de côté nos interprétations, jugements, suppositions.

Pour conclure, je dirais que revenir aux faits permet de faire une description fonctionnelle des situations et laisse la place à un dialogue constructif. A l’inverse, baser la communication sur des interprétations, jugements et autres suppositions aboutit très souvent à une description dysfonctionnelle et à un dialogue de sourds.

Et concrètement, comment faire ?

Les grands ennemis d’une description fonctionnelle des situations sont donc les interprétations, jugements et / ou suppositions. Alors, comment faire pour éviter concrètement cela ?

Quelques pièges à éviter

❌ la généralisation : oublier les toujours, tout le temps et jamais ;
❌ les jugements binaires : bien/mal, vrai/faux ;
❌ les étiquettes : tu es comme ci ou comme ça ;
❌ les comparaisons : plus, moins, mieux ;
❌ les menaces : tu ne devrais plus faire cela sinon… ;
❌ la culpabilisation : à cause de toi, il va se passer ceci ou cela…

Description caméra

Une métaphore qui vient de la Programmation Neuro-Linguistique (PNL) est également fort utile pour décrire une situation sous forme de faits observables : la description caméra. Il s’agit de s’attacher à décrire une scène comme le ferait une caméra. Par exemple, une caméra ne verra pas un enfant désordonné mais une chambre avec de nombreux vêtements à même le sol ni quelqu’un que vous manque de respect mais quelqu’un qui est arrivé 30 minutes après l’heure prévue.

Autre conseil que je peux vous donner : évitez le « tu qui tue » (2), qui met directement en cause notre interlocuteur dans son identité et pointer les comportements observables (voir le texte de Ruth Bebermeyer en encadré).

S’entraîner à froid pour s’affirmer à chaud !

Enfin, et surtout, il convient de s’entraîner, de pratiquer, y compris « à froid », c’est-à-dire repenser à des situations où nous avons réagi avec excès et décoder la scène en faits observables. L’entraînement à froid permet en effet de se détacher plus facilement du côté émotionnel qui peut parfois être très vif et nous empêcher d’être objectif. Cela permet aussi d'analyser nos valeurs et croyances qui ont été bousculées par le comportement de l'autre.

Et si certaines valeurs sont importantes à nos yeux (pour reprendre mon premier exemple, la ponctualité) et que nous avons tendance à être intransigeant avec les personnes qui outrepasse cette valeur, un outil issu de l’Approche Neurocognitive et Comportementale (ANC) permet « d’assouplir » cette valeur. Il s’agit du Pack Aventure qui consiste à trouver des avantages et inconvénients à cette valeur ET à son contraire (voir ci-dessous). Là encore, c’est un exercice à faire « à froid » et qui permet de vivre plus sereinement les situations quand elles se produisent.
En guise de conclusion, je vais encore souligner l’importance de s’attacher à décrire les situations en se basant sur des faits observables car cela vous permet d’emblée d’affirmer votre point de vue en évitant d’entrer dans un dialogue de sourds, voire une joute verbale plus ou moins agressive. Cela permet aussi à votre interlocuteur de ne pas se sentir jugé et le rend plus disposé à écouter la suite. Ainsi vous vous affirmez et vous augmentez votre charisme en donnant à l’autre l’envie de continuer à vous écouter !

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire et de partager vos propres expériences.
👇

Vous pouvez également lire les autres articles que j’ai écrit sur le sujet.
🌱 Assertivité, vous avez dit assertivité ? Ou comment communiquer de façon élégante et engageante !
🌱 Mes quatre conseils pour développer une communication assertive et augmenter vos chances de vous affirmer.

Références

1 - Robert Rosenthal - The Pygmalion effect and its mediating mechanisms, in Improving academic achievement, 2002 – Elsevier
2 - Formule attribuée à Jacques Salomé, psychologue et spécialiste de la communication et de la vie relationnelle.

Le Jardin des Potentiels Coaching vous accompagne pour développer votre assertivité !

Mon approche du coaching vous permet de développer une communication assertive en vous aidant à mettre en place de nouveaux comportements, en vous aidant à lever les freins qui vous empêchent de vous exprimer avec authenticité (besoin de plaire, faire plaisir à l'autre) et/ou en assouplissant certaines valeurs qui vous bloquent (modestie, respect inconditionnel de la hiérarchie, ...).

Vous souhaitez en savoir plus ? Je suis à votre écoute au 06 63 77 04 46

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ecoute empathique et coaching solidaire

En cette période troublée, et troublante, j’ai décidé de mettre ma douceur, ma discrétion et mon écoute empathique à disposition de tous ceux qui en ressentent le besoin.
En savoir plus ? Cliquez ici !
Une cuillère d’optimisme pour traverser le confinement, et l’après.