Wei-Ji
En Chinois, crise se dit Wei-Ji, soit danger ET opportunité
17 mars 2020
Observer pour s'affirmer
Première étape pour développer une communication assertive et s’affirmer : Passer de nos jugements, interprétations et évaluations à des faits observables.
5 mai 2020

Mes quatre conseils pour développer une communication assertive et augmenter vos chances de vous affirmer.

Crédit Photo Christine Sponchia sur Pixabay

Dans un de mes précédents articles, je vous présentais ma définition de l’assertivité :

Affirmer son point de vue, son opinion, son besoin avec conviction et sérénité, sans agressivité ni volonté de contraindre.

Aujourd’hui, je vais partager avec vous les méthodes et outils que j’ai utilisés pour développer mon assertivité et adopter une communication harmonieuse avec mon entourage. Bon, je ne vous cache pas non plus qu’il y a encore du boulot et que rien n’est gagné ! La communication assertive n’étant pas celle que nous avons appris à pratiquer, ni celle qui est pratiquée par le plus grand nombre, il est nécessaire de pratiquer au quotidien, voire de s’entraîner en décortiquant a posteriori des situations où notre communication n’a pas été à la mesure de nos attentes.
Sans divulgacher le reste de mon article, deux méthodes / concepts m’ont particulièrement aidée et ont ouvert ma conscience à une autre forme de communication : la Communication Non Violente et les accords toltèques. Mon intention ici n’est pas de reprendre le contenu intégral de ces 2 méthodes. Elle est plutôt de vous donner les principaux enseignements que j’en ai tirés pour développer une communication assertive et de vous donner envie d’aller plus loin ! Mais je vais tout de même vous donner quelques informations sur la CNV et les Accords toltèques, et en tant qu’ancienne documentaliste, je vous donne évidemment mes sources à la fin de cet article.

La communication non violente.

J’ai découvert la CNV en lisant l’ouvrage majeur de Marshal Rosenberg en 2015 mais c’est surtout quand j’ai commencé à faire des stages avec un formateur certifié en 2017 que j’ai commencé à intégrer vraiment les principes de la CNV dans ma vie, et ma communication.
De façon simpliste, la CNV est un processus en 4 étapes qui permet en nous basant sur des faits observables (Observations) d’exprimer ce que nous ressentons dans cette situation donnée (Sentiment), de relier ce ressenti à une valeur, à un Besoin et enfin de formuler une Demande à soi-même ou à autrui. C’est le fameux OSBD que certains connaissent peut-être déjà.
Mais la CNV est bien sûr beaucoup plus que cela : pour moi c’est une philosophie de vie optimiste et humaniste. J’aime citer ce postulat de base de la CNV : l’être humain aime contribuer à condition de ne pas y être contraint. Je développerais ce concept dans un prochain article car il me semble primordial à intégrer quand on parle d’engagement.

Les quatre accords toltèques

L’apport des accords toltèques a été moindre dans ma manière de communiquer, mais suffisant pour que j’ai envie de vous en parler.
Dans son ouvrage, Don Miguel Ruiz part de sa propre expérience de transformation suite à une expérience de mort imminente. Basé sur la sagesse des chamans mexicains, c’est sous la forme d’un conte qu’il nous donne quatre principes à respecter pour retrouver du pouvoir sur sa vie.

Ces quatre principes sont :
🌱 Que votre parole soit impeccable
🌱 Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle
🌱 Ne faites pas de suppositions
🌱 Faites toujours de votre mieux
Je m’attarderai sur le deuxième et le troisième accords qui me semblent les plus importants en ce qui concerne la communication assertive.

Moi, moi, moi !

Le premier conseil que je souhaite partager avec vous est le suivant : parler de soi en priorité.
Eh oui, cela peut paraître étonnant mais pour développer une communication qui permet d’aller vers l’autre, il est important de parler de soi, et rien que de soi.
Parler de soi, non pour être égoïste ou narcissique, mais pour ne pas faire porter à l’autre la responsabilité de ce que nous vivons. Si je suis triste, en colère, joyeuse, … ce n’est pas à cause de l’autre. C’est parce que ce que j’aspire à vivre au moment présent est satisfait (et dans ce cas je suis joyeux, content, ravie, …) ou n’est pas satisfait (et alors je ressens de la tristesse, de la colère, de la peur…)
D’ailleurs, Marshal Rosenberg, le père de la CNV, nous rappelle que l’être humain ne parle que de lui et qu’il ne sait dire que deux choses : s’il te plaît et merci. S’il te plaît, pourrais-tu faire quelque chose pour moi, et merci d’avoir fait cela pour moi.

Il est donc essentiel de pouvoir identifier les émotions ou sentiments que nous ressentons et de pouvoir y associer des besoins, des valeurs. Et cela, personne ne nous l’a appris : ni l’école, ni nos parents (en règle générale). La première étape pour développer une communication assertive (et plus généralement un comportement assertif) est donc de se familiariser avec un vocabulaire plus riche et de s’entraîner à décoder nos ressentis et sentiments. Pour cela, je vous recommande de vous inspirer de listes de sentiments et besoins telles que celle donnée dans l’ouvrage de M. Rosenberg ou mises à disposition par différents formateurs sur internet (voir le lien en fin d’article).
Pour ceux qui sont plus visuels, la roue des émotions de Robert Plutchik est également intéressante , même si elle me semble moins riche.

Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle !

C’est ainsi que Don Miguel Ruiz formule le deuxième accord toltèque et c’est aussi le deuxième conseil que je vous donne.
En effet, je trouve cette formule très puissante tant elle reflète une tendance naturelle de l’être humain de prendre pour lui ce que dise les autres. Et pourtant, si vous vous souvenez ce que j’ai écrit un peu plus haut, l’être humain ne parle que de lui. Ainsi, plutôt que de prendre pour soi l’énervement, l’indifférence d’autrui, il est plus judicieux de se demander ce qui peut motiver ce comportement chez l’autre. Et dans 99% des cas, ce n’est pas vous ou votre comportement qui est en jeu !
Prendre de la distance avec les paroles et réactions des autres est donc un excellent moyen de développer une communication assertive. Et pour aller encore plus loin, il est possible de décoder ce que dit l’autre et de le traduire cela en termes de sentiments et besoins (les siens, pas les vôtres !) afin de poursuivre l’échange avec lui.

Ne faites pas de suppositions !

C’est le troisième toltèque et je le trouve encore plus puissant que le deuxième.
N’avez-vous jamais remarqué à quel point nous interprétons souvent ce qui se passe en le ramenant à nous (eh oui, je vous rappelle : moi, moi, moi !) et surtout à quel point nos interprétations sont le plus souvent négatives et/ou erronées ?
Cela rejoint d’ailleurs la première étape du processus OSBD : ne pas se laisser porter par nos interprétations, évaluations de tel ou tel comportement mais coller aux faits observables.
Cela a l’air très simple mais en pratique, il est extrêmement difficile de nous départir de nos évaluations ou jugements. Et pour cause : notre cerveau passe son temps à évaluer, classer, et souvent de façon simpliste et binaire (noir/blanc ; bon /mauvais) ! Donc, autant que possible, il convient de revenir aux faits, rien que les faits !

Mes quatre conseils

En synthèse, voilà les 4 conseils que je souhaitais partager avec vous :
🔑 Quand je suis en position d’émetteur : parler de moi
🔑 Quand je suis en position de récepteur : rappelez-vous que l’autre ne parle que de lui. Comme vous !
🔑 Dans les 2 postures : les faits, les faits et rien que les faits !
Et mon quatrième conseil, pour vous rappeler que même si vous maitrisez parfaitement les 3 premiers, la communication assertive ne permet pas d’obtenir à tous les coups ce que vous souhaitez :
🔑 ne perdez jamais de vue que l’autre peut ne pas être d’accord !

Pour aller plus loin

🌱Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) – Marshall Rosenberg
🌱Cessez d’être gentil, soyez vrai – Thomas d’Asembourg
🌱Les quatre accords toltèques – Don Miguel Ruiz
🌱Introduction à la Communication Non-Violente par Marshall Rosenberg Partie 1 : - Communiquer ses émotions et ses sentiments.
🌱Introduction à la Communication Non-Violente par Marshall Rosenberg Partie 2 : - Formuler ses besoins et ses demandes.
🌱Introduction à la Communication Non-Violente par Marshall Rosenberg Partie 3 : - Entendre les autres avec empathie.
🌱Introduction à la Communication Non-Violente par Marshall Rosenberg Partie 4 : - Exprimer et recevoir de la gratitude.
🌱Listes de sentiments et besoins – Oriane Boyer.


Le Jardin des Potentiels Coaching vous accompagne pour développer votre assertivité !

Mon approche du coaching vous permet de développer une communication assertive en vous aidant à mettre en place de nouveaux comportements, en vous aidant à lever les freins qui vous empêchent de vous exprimer avec authenticité (besoin de plaire, faire plaisir à l'autre) et/ou en assouplissant certaines valeurs qui vous bloquent (modestie, respect inconditionnel de la hiérarchie, ...).

Vous souhaitez en savoir plus ? Je suis à votre écoute au 06 63 77 04 46

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ecoute empathique et coaching solidaire

En cette période troublée, et troublante, j’ai décidé de mettre ma douceur, ma discrétion et mon écoute empathique à disposition de tous ceux qui en ressentent le besoin.
En savoir plus ? Cliquez ici !
Une cuillère d’optimisme pour traverser le confinement, et l’après.