Motivé ! Ou motivé ? Episode 2 : les primaires
11 octobre 2018
Atelier découverte OK dans le chaos
OK dans le chaos : atelier découverte du 16 décembre
11 décembre 2018

Le coaching professionnel, ce n’est pas que poser les bonnes questions !

Il y a un mythe persistent au sujet du coaching : le coach professionel se ferait que poser des questions puissantes.

Certes, poser des questions qui vont aider le coaché à explorer d’autres voies que celles auxquelles il pense naturellement ou habituellement est un des points clés d’un accompagnement par un coach professionnel. Dans le jargon, on appelle aussi cela ouvrir le champ des possibles. Mais ce serait oublier que l’International Coach Federation (ICF) définit 11 compétences de base dont vous trouverez une description détaillée ici.


Parmi ces 11 compétences du coach, je voudrais en souligner deux : la présence de coach (être à l’écoute et créer une relation spontanée avec le client par une communication ouverte, souple et rassurante) et l’écoute attentive (savoir se concentrer totalement sur les dits et les non-dits du client pour comprendre son message dans le contexte de ses désirs) pour lesquelles la pratique de la Communication Non Violente (CNV) est un atout indiscutable !


La présence du coach.

Dans mon expérience, la présence c’est avant tout être pleinement disponible dans l’instant présent, pour son client. C’est aussi être pleinement présent à ce qui se passe en moi : les pensées, jugements, les émotions que peuvent générer l’échange avec le client. Si je ne suis pas capable de distinguer ce qui m’appartient de ce que me dit mon client, je risque fort d’être dans l’interprétation, et plus dans l’observation factuelle du contexte. Mais je risque aussi de laisser passer mes intuitions, ce qui serait dommage pour mon client. D’autre part, si je me laisse submerger par une émotion (quand une situation décrite par le client fait écho à une expérience personnelle), ma disponibilité en prend un coup !
Heureusement, la CNV est une formidable écoute pour distinguer les jugements et interprétations des observations factuelles. Et l’auto-empathie (ou le fait d’accueillir ses propres émotions pour ne pas se laisser submerger) est également une pratique de base en CNV. Donc des atouts majeurs pour un coach !

L’écoute active

Dans ma posture de coach, j’écoute évidement ce que me dit mon client, et je paraphrase, je répète, je synthétise ce que j’entends pour m’assurer de la clarté et la compréhension. Mais j’écoute également avec mes yeux et mon intuition ! Autrement dit, les mots dits sont certes importants mais le non-verbal raconte souvent beaucoup plus que les mots. Là encore, la pratique de la CNV permet d’aller plus loin que les phrases prononcées et est un entrainement redoutable pour identifier les non-dits !

En bref, le coaching professionnel, c’est avant tout une question d’attitudes, et de pratique. Et de grandes oreilles :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *